Fraternité Chrétienne

Se mettre en attitude de pauvreté, de disponibilité.

Extrait de la campagne d’année 2019

Une rencontre qui transforme une vie

Le véritable bonheur, c’est d’assurer celui des autres… »

 Être heureux, c’est faire des heureux… »

Parole du Père François

Introduction

Nous vivons dans un monde de consommation et au milieu de tout cela, des hommes et des femmes s’interrogent. Ils se posent des questions sur le sens de leur vie, de la souffrance, de la mort. Les gens ne se contentent pas d’avoir une vie confortable, ils souhaitent surtout des réponses aux questions fondamentales de leur vie.

Nous, membres de la Fraternité, nous pouvons apporter des réponses à ces questions par notre façon de vivre, par notre vie de personnes malades et handicapées, et croyantes. La Fraternité peut aider l’Église à découvrir le langage qu’il faut au moment où il le faut.

Apportons dans nos rencontres de Fraternité les essais que nous avons faits pour annoncer Jésus-Christ dans nos réalités humaines. Nous n’avons pas encore donné toutes nos richesses propres et nos richesses d’expression à l’Église et au monde . Par notre témoignage, la personne malade et la personne handicapée ont une parole unique originale à dire aujourd’hui au monde et à l’Église.

 

Introduction :

On parle beaucoup de contact entre personnes ; mais il y a tout un cheminement

faire pour une vraie rencontre. L’évangélisation se mesure par la qualité de nos rencontres humaines, spirituelles et de leur profondeur. Il faut un compagnonnage, une vie fraternelle en étant disponible à l’écoute, pour une rencontre vraie.

Cela nous interpelle : quelle est la qualité de nos rencontres ? Superficielle, ou en profondeur ? Chrétien dans ce monde, je vais toujours la rencontre de Dieu.

Par la rencontre de l’autre, j’essaie de découvrir ce que Dieu est en train de faire, de vivre dans le cœur de mon frère. C’est là que je peux faire l’unité de ma vie spirituelle, que je peux vivre authentiquement, nourrir ma foi. Mais si les gens que je rencontre n’ont pas la foi, moi, je peux faire une lecture chrétienne de leur vie, une lecture de l’action de Dieu dans le monde. A chaque fois que je vois des gens vivre l’Évangile, vivre les Béatitudes, je peux affirmer que Dieu est là et ainsi j’entre dans une prière de louange.

Ouvrir son cœur avec bonté

On est sauvé seulement quand on est devenu sauveur… »

 Parole du Père François:

L’évangélisation se réalise lorsque l’autre a reconnu Jésus-Christ dans sa vie comme une lumière qui éclaire son existence, qu’il commence à engager sa vie, à lire sa vie dans cette lumière et lorsqu’il arrive à dire : « Je me retrouve en Jésus-Christ et dans l’Évangile ».

Dans ce monde d’aujourd’hui, devant le mystère de la souffrance, devant le coup dur qu’il leur arrive, beaucoup de gens ont du mal à s’y retrouver. Le vrai bonheur de l’homme, ce n’est pas seulement de ne pas souffrir, mais surtout d’avoir rencontré un véritable ami, de vivre une relation fraternelle avec Lui.

Alors, un véritable chemin peut commencer ensemble.

Mets le feu autour de toi ! Vis d’amour – Répands l’amour… Que ce soit le souci de ta vie…! Il y en a tant qui se réchaufferont à ta flamme ! Et il y en a tant qui brûleront à leur tour »

Père François

Nous sommes d’abord des témoins de la foi ; nous proposons ce que nous vivons. Nous voyons-là l’importance du témoignage individuel et collectif que nous pouvons donner dans la Fraternité. C’est au cœur du monde, de notre vie fraternelle, de nos engagements d’hommes et de femmes que tout cela se joue. C’est là que nous sommes appelés à rendre compte de l’espérance qui nous anime. Dans ce sens-là, nous sommes convaincus que la Fraternité est un Mouvement missionnaire ; nous n’allons pas à la rencontre des chrétiens seulement, nous allons rencontrer des personnes malades et handicapées sans leur demander s’ils sont chrétiens. Nous rejoignons ainsi la vocation du Mouvement. Nous les prenons là où ils sont et nous les aimons tels qu’ils sont. Nous sentons aussi que la parole est authentifiée par un engagement. Le Christ n’a pas dit seulement : « Bienheureux les pauvres » il a vécu pauvrement. Pour que notre parole porte du fruit, il faut qu’il y ait une consistance de vie évangélique.

Avec cette troisième étape, nous sommes invités à regarder le chemin parcouru avec Jésus. Au fil des semaines, il est devenu notre compagnon de route, notre confident, notre soutien, notre ami. Désormais, tournés vers l’avenir, il nous envoie en mission sur les routes du monde.

Se mettre en attitude de pauvreté, de disponibilité.

Nous accueillir mutuellement

Tout commence à Verdun en 1942. Le Père Henri FRANÇOIS curé, lui-même malade, à la lourde charge en plus, de s’occuper des personnes malades dans la paroisse.

Avec beaucoup d’humilité, attentif à chacun, il a envoyé un petit groupe de personnes malades visiter, réconforter leurs frères souffrants et isolés ; c’est le début de l’histoire de la Fraternité (F.C.P.M.H.) et qui grâce à nous tous continue aujourd’hui.

Témoignage

Pierre est handicapé et habite un immeuble. Au lieu de rester tranquillement dans son appartement, il sort de chez lui pour rendre visite aux personnes malades ou handicapées de son quartier.

Ces visites lui apportent beaucoup de joies et lui donnent un regard nouveau sur la vie et sur la situation que vivent ces personnes rencontrées..

Temps de partage

La maladie, le handicap nous mettent au bord de la route, à l’écart de la vie, à l’écart du monde. Et pourtant l’aveugle de Jéricho est en recherche d’écoute, d’affection de soins. Un grand besoin d’être reconnu malgré ses fragilités, d’être regardé comme une personne. Jésus s’arrête, s’approche, l’interroge, il répond à sa demande.

Témoignage

Mathilde est une jeune femme handicapée qui fait partie d’une équipe de Fraternité. Elle rend visite à ses frères et sœurs malades dans le quartier. Elle reçoit des confidences que l’accompagnateur spirituel n’a jamais entendues : des cas… des situations… des problèmes relationnels dans la famille, avec les voisins, dans le travail…

Et on demande à Mathilde de revenir !

Témoignage

Julien, après 22 ans de travail et sans aucun problème de santé, subit deux opérations à quelques mois d’intervalle.

Après une longue hospitalisation, j’ai dû entrer en maison de repos. La gentillesse des infirmières et la visite de ma mère m’ont redonné la confiance que j’avais perdue. Après ma convalescence, j’ai repris mon travail, mais il y avait des jours chargés où je me fatiguais vite. Un jour j’ai reçu une lettre de licenciement. .. Découragement, rechute et nouvelle hospitalisation.

De retour à la maison, j’essayais de reprendre pied en faisant du bricolage, en aidant un voisin dans ses travaux de jardinage. Cette possibilité de me rendre utile, me redonnait confiance.

J’ai connu la Fraternité. J’y participe. La Fraternité a réveillé en moi le sens des responsabilités que l’on a dans la vie quotidienne. Maintenant je suis engagé en équipe liturgique, je suis responsable d’une collecte dans plusieurs villages et je fais partie d’une troupe théâtrale. J’ai retrouvé un petit emploi à côté de chez moi.

Avec la foi, tous ces engagements m’ont donné un nouveau souffle, un nouvel élan pour vivre mon changement de vie.

Témoignage de Yakov

Mon témoignage en paroles est-il suffisant ? Le témoignage que je donne par ma vie est-il suffisant ? J’ai essayé de transmettre l’amour de Jésus et de Marie ; combien Marie est une Mère ! J’ai voyagé pour témoigner, mais arrive une période de doute.

Il y a cinq ans, je suis allé rencontrer le père Marinko (le curé) au presbytère et je lui ai dit : « Est-ce que je peux faire quelque chose ici, œuvrer au presbytère ? »

Le père Marinko m’a proposé de me mettre au service des personnes dans le besoin. Dieu me donne ainsi une nouvelle occasion de témoigner avec mes mains, d’aider les autres. De cette façon, je vis ma foi de façon plus forte. Car la foi sans actes n’est pas la foi…

Nous avons dès le début rencontré plusieurs familles dans le besoin. Le plus difficile, c’était d’aller frapper à la porte de ces personnes, pour leur demander ce dont elles avaient besoin. Ces pauvres avaient une très grande dignité. J’ai prié le Seigneur d’être avec moi, si c’était son plan. La porte s’est ouverte sur une femme qui avait un grand sourire. Elle m’a serré dans ses bras, elle a commencé à pleurer de joie.

Plus j’ai visité les gens de cette famille, plus j’ai compris ce dont ils avaient besoin. Ils avaient besoin d’amour, de se sentir aimés, de n’être plus seuls, de sentir qu’ils sont importants pour nous, qu’ils ne sont pas différents de nous. Alors, tu entends des histoires de vies difficiles, lourdes et tu commences à souffrir avec elles…

Témoignage de Françoise : Comment j’ai vaincu la solitude !

C’est incroyable nous sommes au siècle de la communication. En une seconde, je peux parler à Pékin ou à Washington mais pas un mot avec mon voisin de palier. Étrange tout de même ; nous sommes malades de solitude mais nous tenons à protéger notre vie privée au risque d’être privé de vie.

Nous ne partageons rien. Que faut-il donc pour briser ce cercle vicieux ? Pour ne pas continuer à tourner en rond, il faut une issue que j‘ai eu la chance de découvrir.

Longtemps, j’ai souhaité un ami avec lequel partager et vivre vraiment une autre dimension. Et puis parce que rien ne venait, je me suis demandé si je ne mettais pas la charrue avant les bœufs. Au lieu de chercher un ami pour moi, pourquoi ne pas devenir l’ami de quelqu’un ? Alors, j’ai commencé à être autrement pour les autres, je suis sortie de mes murs en me rendant compte que je les avais construits moi-même. J’y avais mis une porte, elle n’avait qu’une poignée à l’intérieur. Donc j’ai ouvert ma porte et je me suis offerte, quelques mots quelques sourires, tout simplement, et très vite la vie a changé.

Ainsi à la fin de cette campagne d’année, un chemin nous est ouvert. Ce même chemin que le père Henri François a lui-même commencé et que nous sommes appelés à continuer avec Jésus et grâce à la force de l’Esprit Saint.

campagne d’année 2018-2019 complet 3

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Non classé

j’ai reçu cet appel d’Anne Laure Dupuy de l’association Maillages

« Bonjour, L’association Maillages recherche une personne de confiance pour apporter une présence auprès d’une jeune fille de 43 ans trisomique. En effet, sa maman va se faire opérer du genou et ne peux pas laisser sa fille toute seule. La fille est à peu près autonome, mais il faut l’aider pour couper la viande par […]

08.10.2021 Lire
Actualités

Un avenir : l’Assomption 2021

Un avenir : l’Assomption 2021   Marie, élevée au ciel, sainte patronne de la France par le roi Louis XIII, nous projette vers un avenir meilleur. L’épreuve que nous traversons nous fait évoluer vers une vaccination totale de toutes les générations. Nous sommes des êtres humains en relation. Il en va du bien commun de se […]

16.08.2021 Lire

Articles les plus consultés S'informer sur toutes les actualités

Non classé

j’ai reçu cet appel d’Anne Laure Dupuy de l’association Maillages

« Bonjour, L’association Maillages recherche une personne de confiance pour apporter une présence auprès d’une jeune fille de 43 ans trisomique. En effet, sa maman va se faire opérer du genou et ne peux pas laisser sa fille toute seule. La fille est à peu près autonome, mais il faut l’aider pour couper la viande par […]

08.10.2021 Lire
Actualités

Un avenir : l’Assomption 2021

Un avenir : l’Assomption 2021   Marie, élevée au ciel, sainte patronne de la France par le roi Louis XIII, nous projette vers un avenir meilleur. L’épreuve que nous traversons nous fait évoluer vers une vaccination totale de toutes les générations. Nous sommes des êtres humains en relation. Il en va du bien commun de se […]

16.08.2021 Lire

Rechercher un horaire de messe Rechercher